Les archives de Pierre Bécat

Pierre Bécat laissa à sa famille un important fonds d’archives personnelles qui resta longtemps non classé et non exploité. En 2006, lors de la vente de la maison familiale de Prades, ce fonds fut sauvé et entreposé. Depuis plusieurs années, il a fait l’objet d’un long travail de tri et vient récemment d’être sommairement inventorié. La famille Bécat nourrit le projet d’en faire la donation à un dépôt d’archives publiques où il servirait à alimenter la recherche en histoire contemporaine. 

Nous vous tiendrons informé ici de l’avancée du projet, et publierons l’inventaire complet dès que possible ! 

Ce fonds émane de l’activité de Pierre Bécat, même si on y trouve plus marginalement quelques titres de propriété de ses ancêtres. Il contient principalement des correspondances. À l’exception notable d’un bel ensemble de lettres échangées par Pierre Bécat et son épouse Gabrielle Rotgé au tout début de leur mariage, et qui peuvent aussi aborder des sujets politiques, les correspondances personnelles et politiques sont composées en quasi-totalité de lettres reçues. Les correspondances les plus riches datent des années 1920-1930 et illustrent très précisément l’activité de conférencier et de journaliste royaliste de Pierre Bécat. Malheureusement, aucune lettre de ce type n’a été conservée entre 1938 et les années 1950, même si la correspondance du couple déborde un peu sur la fin de la Seconde guerre mondiale.

Aperçu de la correspondance de Pierre Bécat

Le second type de documents le plus représenté dans le fonds sont les coupures de presse. Pierre Bécat sélectionnait compulsivement, jour après jour, des articles relatifs aux thèmes qui l’intéressaient et qui lui servaient à rédiger ses articles ou ses ouvrages. Sa principale habitude était de les découper et de les coller dans des cahiers ou dans des livres qu’il réutilisait pour l’occasion. Malheureusement, la plupart des articles ne sont pas référencés. Il a semblé néanmoins intéressant de conserver l’ensemble des coupures de presse subsistant, car la très grande majorité fut éliminée du vivant de P. Bécat. Certaines sont classées par thèmes.

Enfin, un nombre important de manuscrits de textes politiques (articles, conférences) et littéraires (romans, inédits pour la plupart à l’exception du manuscrit d’Enfance et jeunesse occitane publié en 1979) sont conservés, même si l’auteur avait l’habitude d’en éliminer la plupart de son vivant.

Aperçu des brouillons de textes politiques

Le fonds comporte actuellement 20 cartons [auxquels il serait possible d’ajouter deux cartons d’actes anciens de la famille Bécat, datant du XIXe siècle]. Au cours du classement, il a été divisé en 4 parties :

I. Papiers personnels

– Papiers de Louis Bécat

– Papiers d’identité et militaires de Pierre Bécat

– Scolarité

– Photographies

– Correspondance familiale

II. Activité politique

– Correspondance politique (1924-1938 et 1960-1990)

– Écrits (brouillons et textes)

– Coupures de presse

III. Carrière d’avocat

– Barreau : généralités

– Dossiers d’affaires

IV. Activité littéraire

– Correspondance : dossiers d’éditeurs, réactions aux publications

– Poèmes

– Romans (manuscrits et fragments)

Dictature et monarchie (1936)

Manuscrit d’article de Pierre Bécat. Nous n’avons pas réussi à déterminer si cet article avait été publié ou s’il était inédit. N’hésitez pas à nous signaler si vous trouvez la publication dans laquelle il se trouve.

« Sur la pierre du temps ». Compte-rendu de lecture par Roger Joseph

Joseph Rougié, dit Roger Joseph, était un poète et illustrateur proche du félibrige, qui a également écrit en provençal. Admirateur de Charles Maurras, il exprime dans cet article publié dans le numéro 107 de la revue « Points et contrepoints » (juin-juillet 1975) son goût pour la poésie de Pierre Bécat. Cet article établit notamment le parallèle avec le grand poète du Roussillon Pierre Camo.

L’amitié entre Pierre Bécat et Jacques Renouvin évoquée dans « A l’aube de la Résistance », de François-Marin Fleutot

Le dernier livre de François-Marin Fleutot, « A l’aube de la Résistance. Automne 1940 : Ils ont dit « NON » les premiers », publié en octobre 2020 aux éditions du Cerf et consacré aux résistants de la première heure, revient de façon approfondie sur l’amitié entre Pierre Bécat et Jacques Renouvin, fondateur des groupes francs d’action directe dans la zone sud.

L’auteur, qui a mis à profit les contenus proposés sur le présent site, notamment le témoignage d’André Bécat à propos de Renouvin, a eu l’occasion de présenter récemment son livre [et d’évoquer brièvement Pierre Bécat] sur les ondes à l’antenne de Radio Courtoisie le 27 janvier 2021 au cours d’un « Libre Journal des débats » de Charles de Meyer : https://www.radiocourtoisie.fr/2021/01/27/libre-journal-des-debats-du-27-janvier-2021-les-premiers-resistants/


Réactions du duc de Lévis Mirepoix à la publication d’ « Henri V et les féodaux »

La publication du livre « Henri V et les féodaux », dont la genèse a été relatée par André Bécat, entraîna de nombreuses réactions tant le sujet en était polémique : il tendait notamment à attribuer une bonne partie de la responsabilité de l’échec de la restauration monarchique du comte de Chambord à l’attitude d’un groupe de ducs désireux de sauvegarder leurs intérêts personnels et dont l’action permit à la République de s’installer.

L’un des lecteurs les plus fidèles de Pierre Bécat, le duc Antoine de Lévis Mirepoix (1884-1981), lui fit d’élogieux commentaires dans trois lettres de 1977 conservées dans les archives Bécat. Nous vous laissons apprécier la graphie toute particulière de cet illustre homme de lettres, membre de l’Académie Française

Lettre du 10 juin 1977
Lettre du 30 juin 1977
Lettre de juillet 1977