Généalogie

Pierre Bécat était avocat et écrivain, mais, au coeur de ses combats politiques et de ses inspirations littéraires, se trouvent les lieux où vécurent ses ancêtres et les demeures qu’ils lui léguèrent. C’est tout d’abord le Languedoc, terre d’origine des Bécat, puis le Roussillon. Les actuels départements de l’Hérault, d’un côté, et des Pyrénées-Orientales, de l’autre. Mais, en remontant, on s’aventure aussi en Irlande…

Familles Bécat (Pignan), Maissonnier (Gigean)

 

La famille Bécat est fixée à Saint-Paul-Valmalle (34), au XVIIe siècle. En 1677, par un mariage, elle se fixe à Pignan. C’est l’union d’Antoine Bécat et de Jeanne Dufour. Dans les degrés suivants, les Bécat sont tous cultivateurs et propriétaires (travailleur [de terre]). Ils s’allient à chaque génération dans une famille du même monde : Arbousset, Pinède, Mestre, puis Deleuze.
C’est Pierre Bécat, second du nom, né en 1813, qui épouse en 1838 Joséphine Elisabeth Deleuze. Celle-ci, fille d’un riche propriétaire terrien, est la petite-fille de Jean André Deleuze, originaire de Murviel-lès-Montpellier, et de Catherine Agnès Delanglade. Cette famille Delanglande est une influente lignée de notaires royaux de Pignan, qui ont donné un viguier à la ville en la personne de Louis Delanglade. Au XIXe siècle, un cousin, Jean-Baptiste Delanglade s’établit comme notaire à Marseille. Ses descendants s’allieront avec les plus grandes familles de Marseille (Bergasse, Cyprien-Fabre), et notamment avec Henry Bergasse, député des Bouches-du-Rhône et ministre des Anciens Combattants.
Mais revenons à la famille Bécat : en ligne directe, le fils du second Pierre Bécat s’appelle à nouveau Pierre (Numa Victor). Il épouse en 1862 Anastasie Bousquet, fille d’un propriétaire foncier. Leur fils, Louis Bécat (1870-1949), propriétaire cultivateur, dont vous voyez l’acte de naissance ci-dessous, quitte Pignan pour Gigean à son mariage avec Marie-Thérèse Maissonnier.
La famille Maissonnier est également une famille de cultivateurs aisés, est connue à Gigean dès le XVIIe siècle. Les parents de Marie-Thérèse sont propriétaires. C’est par ligne collétarale que se fait l’alliance avec la famille Fieschi, originaire du village de Renno en Haute-Corse et descendant de la famille Ramolino, dont était la mère de Napoléon Bonaparte. Les descendants actuels des Fieschi sont les Fieschi-Vivet.

Famille Rotgé (Roussillon)

Les Rotgé, installés depuis longtemps en Roussillon et pour ainsi dire enracinés dans le terroir, auraient une origine plus exotique. Le premier Rotgé à avoir foulé le sol français aurait été Jacques Rotgé (ou James Rotger), un irlandais. Historiquement, on date l’arrivée des partisans de Jacques II, catholiques, après la défaite de Limerick contre Guillaume d’Orange, en 1697. Les Rotgé feraient partie de ces jacobites comme les Dillon ou les O’Mahony, peut-être mercenaires (« oies sauvages »)…
La légende continue : ce Rotgé aurait habité à Paris tout d’abord, rue des Mauvais Garçons (actuellement IVe arrondissement), avant de se fixer à Sournia, où sa descendance existe en effet à la charnière du XVIIe et du XVIIIe siècle. Le portrait reproduit ici serait le sien…
Nous ne pouvons pas actuellement vérifier l’exactitude de ces données, faute de documents. Le premier acte qui atteste de la présence des Rotgé en Roussillon date du 15 décembre 1738. C’est l’acte de mariage de Jacques Rotgé, fils de Jacques et Catherine Rotgé, avec Marie Alis, à Saint-André (act. Pyrénées-Orientales). François Rotgé, leur fils, épouse Thérèse Barescut, issue d’une famille noble bien connue d’Ille-sur-Têt. Le père avait assisté en 1789 à l’Assemblée de la Noblesse de Roussillon, le premier ancêtre avait été anobli en 1706 par Lettres patentes de Louis XIV le faisant « burgès honrat de Perpignan ».
Les Rotgé se fixent à Sournia par le mariage de Jacques Rotgé, fils des précédents, et de Catherine Roger, le 8 juin 1825. Jacques est garde forestier général à Sournia. Avec son épouse, il est propriétaire du domaine de Palmes, dans la campagne de Sournia, et de nombreuses terres dans les parages, notamment à Campoussy. Le château de Sournia a été acquis à la fin du XVIIIe siècle à la famille de Castéras par les Roger.
Gabriel Rotgé (1826-1904), fils du couple Rotgé-Roger, juge de paix du canton de Sournia, épouse Caroline Saleta, descendant d’une part des Saleta, famille de grands notables perpignanais (avocats) et des Meric (influents banquiers fixés doublement à Perpignan et à Barcelone). Ils ont Hélène Rotgé, mariée à Paul Bauby (ce sont les parents des frères Bauby, Charles et Firmin, qui ont joué un rôle important dans la vie artistique et culturelle des Pyrénées-Orientales au milieu du XXe siècle) ; et Joseph Rotgé.
Par les Roger, se fait la parenté avec les Bordes, les soeurs et le dernier représentant de la lignée, Philibert de Bordes (1845-1930). Les Bordes possédaient une propriété à Thuès dont hérita également madame Bécat. Sur cette ancienne famille de la noblesse du Roussillon (anoblie par Lettres patentes de Louis XV en 1721), un livre illustré est en cours de préparation. Le dernier membre de cette famille fut Philibert de Bordes, mort en 1943 (illustration ci-contre).
Joseph Rotgé (1874-1935) se marie à Elisabeth Bonet qui lui apporte une vaste maison à Prades. Construite par les Roquemaurel, puis achetée par les Galaud, qui étaient chirurgiens, elle était passée à la famille Bonet. Mais rien ne vaut, sur cette dernière famille, la lecture de l’excellent article du professeur Georges Bonet, Les Bonet de Banyuls-dels-Aspres, en Roussillon, paru dans diverses revues érudites. Il s’agit d’une enquête très détaillée et documentée sur la noblesse des Bonet.
Le couple Bécat fréquenta donc à de nombreuses reprises les propriétés héritées des Rotgé, Roger, Bordes, Bonet, à Sournia, Campoussy, Thuès, Prades. Dans la maison de Prades s’éteignit Pierre Bécat en 1993, puis son épouse en 1999, dernière représentante de la famille Rotgé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *