Lettre de Charles de Lacroix du 17 septembre 1930

Charles de Lacroix est né à Prades le 15 mars 1885. Il est le fils d’Henri de Lacroix et de Thérèse Muxart. Sa famille, originaire de Salon-de-Provence, s’est illustrée depuis le XVIIIe siècle comme l’une des principales lignées notables du Conflent puis du Roussillon. Elle compte plusieurs magistrats. Charles de Lacroix, pour rappeler la famille de sa grand-mère paternelle, Clémence de Barrera, dont elle était la dernière représentante, fit changer son nom en « de Lacroix-Barrera ». Il fit l’acquisition du château de Vernet-les-Bains.

Charles de Lacroix enfant, détail d’une photographie de la famille de Bordes (collection Bécat)

Charles de Lacroix termina ses études de droit avec le grade de docteur et fut recruté au Ministère des Finances comme rédacteur.

Les Lacroix étaient des proches des Bécat, qu’ils connaissaient par le biais de la famille de Bordes avec laquelle ils étaient alliés : en effet, Philibert de Bordes, oncle de Mme Bécat, était marié avec Célestine de Lacroix, propre tante de Charles de Lacroix.

Dans cette lettre de 1930, il est question de l’affaire de L’Eclair de Montpellier, sur laquelle nous reviendrons plus tard. Curieusement, Charles de Lacroix était républicain et donc sur une ligne strictement opposée à Pierre Bécat, pourtant ce dernier semble l’avoir défendu face aux attaques dont il fut victime de la part des conservateurs.

En 1925, Lacroix avait tenté de se faire élire conseiller général, et avait été battu par le socialiste Joseph Rous. Elu maire de Prades en 1921, il démissionna après seulement deux ans de mandat, en 1931. Cette lettre est donc datée de l’époque de son mandat.

On voit que cette lettre est écrite sur papier à lettres de la société Ecoiffier (production d’éléctricité dans les Pyrénées-Orientales). En effet, Charles de Lacroix avait épousé en 1912 Louise Ecoiffier, fille du fondateur de cette entreprise, et de Dorothée Violet, elle-même fille de Simon Violet, créateur du célèbre apéritif « Byrrh ». De la sorte, Charles de Lacroix se trouva durant sa vie occuper des postes importants à la fois dans la société Ecoiffier et dans la société « Byrrh ».

Résistant dès 1940, il fut nommé en 1944 préfet de la Drôme. Il mourut le 8 décembre 1971 à Perpignan à l’âge de 86 ans.

Lettres d’Henry Jonquères de 1928 et 1931

29 février 1928

26 mars 1928

10 avril 1928

29 avril 1928

15 juin 1931

Henry Jonquères est né le 11 juin 1877 à Corneilla-del-Vercol, près d’Elne, et mort à Barcelone le 27 mars 1962. Il est le fils aîné de Joseph Jonquères et de Gabrielle d’Oriola. Issu d’une famille de propriétaires terriens de Corneilla-del-Vercol, c’est l’une des figures du royalisme des Pyrénées-Orientales au début du XXe siècle. Secrétaire de la section perpignanaise de la Ligue d’Action française, il est déjà ami avec Pierre Bécat lorsqu’il lui envoie la première d’une série de cinq lettres, en 1928, pour le convier à revenir à Perpignan.

Les lettres suivantes sont plus longues et riches en détails. La seconde, datée du 26 mars 1928, fait état d’un conflit au sein de l’Action française entre Henry Jonquères et le comte de Vésins, responsable des sections du Midi, qui semble vouloir le pousser à renoncer à ses fonctions : « Dites à Maurras d’envoyer d’urgence enquête sur place », demande-t-il à Bécat. Ce dernier écrira d’ailleurs à un autre membre de l’Action française en alertant sur la gravité de la situation, et aura d’autres échanges avec le comte de Vésins que nous publierons ici bientôt. Le 29 avril suivant, après l’avoir félicité pour son livre La Légende du peuple roi, Jonquères lui apprend qu’il a démissionné. Dans cette lettre on apprend que le conflit a rapport avec la présentation de candidats aux élections législatives, ce que voulait faire Jonquères contre l’avis des instances de l’AF. Il ne cesse toutefois pas ses activités puisque trois ans après, le 15 juin 1931, on apprend qu’il est élu président du Comité royaliste, et qu’il écrit encore dans la journal Le Roussillon. Il a alors l’intention de présenter des candidats dans tous les cantons et propose à Pierre Bécat de le faire à Prades.

Lettres de Josep Galinier, 23 avril 1928 et 13 mai 1933

23 avril 1928

13 mai 1933

Ancien camarade de pension de Pierre Bécat à Béziers, Joseph Galinier était juriste comme lui, et il s’installa comme avoué dans le centre de Perpignan. Il possédait une belle villa près du square des Platanes. La première de ces deux lettres est une réaction à la publication de La légende du peuple roi, qui contient de nombreux commentaires ; la seconde est une lettre personnelle.

Carte de visite d’Antoine d’Estève de Bosch, vers 1934

Personnalité distinguée du milieu royaliste roussillonnais, Antoine d’Estève de Bosch (1882-1948) était le fils d’Henri d’Estève de Bosch et de Suzanne Lazerme, importants propriétaires à Ille-sur-Tet. Lui-même docteur en droit, il avait épousé en 1908 Gabrielle du Lac. Cette carte de visite fut envoyée à Pierre Bécat à l’occasion des fiançailles de son fils aîné Antoine avec Marie-Amélie de Pinel de la Taule (mariage célébré en 1935).

Lettre d’Alban Castelbert, 18 décembre 1932

Cette lettre d’Alban Castelbert n’est pas la seule conservée dans les archives de Pierre Bécat, loin de là. Ce secrétaire régional de l’Action française pour la 9e zone (comprenant Ariège, Aude, Aveyron, Gers, Haute-Garonne, Lot-et-Garonne, Tarn-et-Garonne et Pyrénées-Orientales) était très souvent en contact avec l’avocat dans le cadre des nombreuses activités politiques de ce dernier dans le Midi. Dans cette lettre, Castelbert évoque les problèmes spécifiques au Roussillon en 1932, notamment les articles de Joseph Ripouill dans le journal Le Roussillon qui donnèrent lieu à des dissensions au sein de l’Action française car, comme on le découvre ici, Maurras n’était pas totalement d’accord avec les vues qui y étaient exposées. Nous y reviendrons bientôt lorsque nous livrerons la correspondance avec Joseph Ripouill…

Lettre d’Antoine Barrère, 20 février 1930

Antoine Barrère (1873-1958), issu d’une vieille famille de propriétaires terriens de Bages, est le fils aîné de Jean Barrère et d’Antoinette Chichet. Il possède le domaine de l’Etang à Villeneuve-de-la-Raho (aujourd’hui remplacé par le lac de cette commune). Lié à l’Action française, il évoque dans cette lettre à Pierre Bécat l’actualité en Espagne, les articles de Maurras, le comte de Vesins et le retour de Léon Daudet.

Roussillonnais d’Action française

Pierre Bécat entretient des liens étroits avec la région roussillonnaise dès les années 1920, au tout début de son engagement à l’Action française. Dès 1923, il écrit dans le journal royaliste local, Le Roussillon, et il fréquente toutes les figures importantes de ce courant politique dans le département. C’est là qu’il rencontre son épouse Gabrielle Rotgé et l’épouse, en 1927.

Son activité politique est trépidante dans ces années-là. Très marqué, comme ses confrères, par la condamnation de l’Action française par Pie XI en 1926, il entretient une correspondance fournie avec de nombreuses figures royalistes du Midi, et en particulier du Roussillon, à l’occasion des polémiques constantes qui secouent ces cercles.

Les archives personnelles de Pierre Bécat, récemment déposées aux Archives départementales de l’Hérault, conservent une quarantaine de lettres de Roussillonnais entre 1927 et 1937, ainsi que des lettres à des personnalités extérieures concernant le Roussillon. Nous vous proposons de découvrir ici les lettres qui, parmi cette correspondance, abordent la politique et donnent des renseignements intéressants sur la vie locale de ces années-là.

Nous publierons cette correspondance progressivement. Voici d’ores et déjà la liste des correspondants, qui donnera accès aux pages concernées, à mesure qu’elles seront mises en ligne (elle sera mise en tête une fois la publication terminée) :

BARRERE, Antoine
CASTELBERT, Alban
ESTEVE de BOSCH, Antoine d’
GALINIER, Joseph
JONQUERES, Henry
LACROIX, Charles de
LACROIX, Guy de
LAZERME, Carlos de
LLOBET, Abbé
MITJAVILE, René
MUCHART, Henry
RIPOUILL, Joseph
ROUSSILLON, Charles
SAUTES, M.
VESINS, Bernard de LEVEZOU de
VIDAL, Albert

Romantisme et révolution

Germaniste distingué autant que latiniste, passionné par le romantisme allemand, Pierre Bécat ne se limitait pas aux études politiques, mais publiait également des essais littéraires. Comme on le verra dans sa biographie écrite par Robert Lapassat, il a notamment laissé, dans la revue Conflent des articles consacrés à Germaine de Staël et Benjamin Constant ou à l’essor du romantisme allemand, entre autres.

Nous vous proposons ici de découvrir un manuscrit de sa plume intitulé « Romantisme et révolution », daté des années 1930, dans lequel il examine de façon approfondie les liens complexes entre littérature et politique.

Dictature et monarchie (1936)

Manuscrit d’article de Pierre Bécat. Nous n’avons pas réussi à déterminer si cet article avait été publié ou s’il était inédit. N’hésitez pas à nous signaler si vous trouvez la publication dans laquelle il se trouve.